Violence sexiste: Wanep Togo et KAIPTC main dans la main contre le phénomène

Les acteurs engagés dans la prévention et la lutte contre la violence sexiste du Togo et ceux de la sous-région sont ensemble pour un temps de cinq jours à Lomé à l’initiative du Centre International Kofi Annan de Formation au Maintient de la Paix (KAIPTC) et Wanep Togo.

Cette formation fait suite à l’enquête de KAIPTC dans quelques pays africains afin de mieux comprendre le phénomène de violence sexiste et évaluer la capacité locale à enquêter sur les cas de violence sexiste. Les conclusions de l’enquête ont révélé la nécessité de renforcer les capacités de divers acteurs locaux, notamment les parties prenantes concernées, les agences et les OSC engagées dans la prévention et la lutte contre ce phénomène. Après le Soudan, la République Centrafricaine, le Liberia, le Cameroun, le Niger, le Nigeria, l’étape Togo est branle cette semaine.

  • « C’est un atelier capital qui, nous le croyons apportera une valeur ajoutée aux efforts dans la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles. Nous sommes heureux de cette activité qui va nous permettre d’atteindre deux objectifs. Le 1er, celui de partager nos expériences en tant qu’acteur venant de divers secteurs, mais ensuite de pouvoir asseoir les bases pour une action plus efficace à la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes », a indiqué Da-do Yram Nora, Coordinatrice Nationale, WANEP Togo.

Cette formation est conçue sur mesure avec pour objectif de fournir à un échantillon représentatif d’acteurs locaux, des connaissances et des compétences requises en vue de prévenir et de répondre efficacement à la violence sexiste au Togo en particulier et sur le continent africain dans son ensemble.

Pour rappel, cette initiative fait partie de l’objectif stratégique global du KAIPTC qui vise à renforcer la capacité africaine à mettre pleinement en œuvre le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique (Protocole de Maputo), la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et résolutions de suivi sur les femmes, la paix et la sécurité dans le contexte de l’Afrique, avec un accent particulier sur l’assistance à apporter aux États membres pour éliminer la violence sexiste.

Le Centre International Kofi Annan donne aux particuliers et aux communautés, les moyens de participer activement à la prévention et à la lutte contre la violence sexiste, favorisant ainsi une culture de paix, d’égalité, et le respect de tous.FIN

NPA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *