OSC et oppositions maintiennent le coup de ceinture

L’opposition togolaise et la société civile continuent de manifester leur déception à la suite de la modification de la Constitution de 1992 par caprice. Un sésame obtenu de hautes luttes par la génération des années 90. Une manifestation a réuni ces acteurs mercredi à Lomé.

Le Front Touche Pas à Ma Constitution estime n’avoir pas encore fini sa mission. A son initiative, cette entité a organisé le mercredi 03 juillet, une conférence publique autour du thème: « Le Front Touche pas à Ma Constitution, après l’adoption le 19 avril et la promulgation de la Constitution du 06 mai 2024 au Togo, le front, a-t-il encore une marge de manœuvre sur l’échiquier politique togolais ? ».

« Nous avons organisé cette conférence pour expliquer l’importance de la Constitution pour un pays et qu’on ne peut pas la manipuler comme on veut. La deuxième chose, c’est aussi de souligner les conséquences de la manière dont la Constitution a été changée. Les conséquences de cette nouvelle Constitution sur la vie des togolais. L’une des premières causes est que les togolais ne vont plus élire leur président de la République. La deuxième chose, c’est que, celui qui Dirige le pays n’est plus le choix du peuple. Il suffit que quelques amis se réunissent et choisissent une personne qui va diriger tous les togolais. C’est la raison pour laquelle nous considérons cette Constitution d’illégale. Qu’est-ce qu’il faut faire? Il faut résister. Tous les Togolais doivent résister contre ce qu’on veut nous imposer. Voilà ce que nous avons passé comme message », a confié Nathaniel Olympio du Parti des Togolais.

Pour le Front ne Touche pas à Ma Constitution, en changeant la Constitution, le pouvoir sacrifie le seul acquis qui reste aux togolais sur l’autel de la dictature et de la monarchie.

La seule option qui s’impose aux togolais, selon elle, après que l’option des élections ait été confisquée et qu’il n’y aucune voie de la situation, c’est de se battre pour créer les conditions d’une transition politique en entrant en résistance contre ce « coup d’Etat constitutionnel ».

Cette entité estime vouloir poursuivre sa mission , laquelle mission peut-être repartie en trois phases notamment:
-La phase organisationnelle et de planification.
-La phase de la sensibilisation et de mobilisation.
-La phase de la résistance et d’achèvement de la lutte.

La prochaine étape après cette conférence publique sera d’entrer dans une phase de sensibilisation, de proximité et de porte à porte pour expliquer à chaque togolais la nécessité de reprendre confiance et de se mettre en mode résistance. Fin

NPA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *