La DMK rompt le silence

Au terme de dix jours de deuil suite au décès de feu Messan Agbeyomé Kodjo, la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) a rompu le silence ce mercredi 20 mars, nonobstant, selon elle, la vive douleur qui étreint la Nation tout entière en raison de la gravité des derniers développements de l’actualité nationale. La DMK sonne la mobilisation.

Face à la presse mercredi, avec à ses côtés quelques membres du parti le CAR, venus la soutenir, la DMK s’est prononcée sur ce qu’elle qualifie de tentative de tripatouillage de la Constitution. Une révision tant controversée depuis son annonce. Pour la DMK, il y a péril en la demeure.

« La Dynamique Monseigneur KPODZRO (DMK) constate avec indignation la volonté de Faure Gnassingbé de tripatouiller la Constitution togolaise avec une assemblée
nationale dont le mandat a pris fin le 31 décembre 2023. Par conséquent les dispositions de l’article 52 de la Constitution togolaise ne permettent en aucun cas à l’actuelle assemblée nationale de modifier la constitution jusqu’à vouloir changer de République. Constatant le vide institutionnel, l’assemblée nationale et le gouvernement sont illégaux car le gouvernement tire sa légitimité du parlement. Vouloir modifier la constitution avec une assemblée nationale qui est illégale est très Scandaleuse et très périlleuse. Cette tentative de modification intervient dans un climat déjà très tendu à cause du contentieux électoral du 22 février 2020 non soldé. M. Faure Gnassingbé veut se donner une présidence à vie tentant pour ainsi dire de transformer notre République togolaise
en une monarchie héréditaire ou encore en une dynastie congénitale et atavique. Ce qui
expose le Togo à un chaos généralisé. Faure Gnassingbé veut faire asseoir le Togo sur
des braises magmatiques dont l’explosion imminente aura des dégâts collatéraux qui
risquent d’emporter les tenants et les aboutissants de ce forcing qui est en train d’être perpétré
», lit-on dans sa déclaration.

Selon la DMP, Il est temps de sauver le Togo en danger car tous les indicateurs sont hélas au rouge.

« Notre pays est actuellement confronté à une crise politique sans précédent grevé d’une
quadruple crise identitaire, managériale, sociale et éthique. Depuis le règne de la famille Gnassingbé au Togo près de 60 ans, certains togolais n’ont pas droit au travail, ils n’ont pas droit à la liberté, ils n’ont pas droit de jouir de leurs droits, ils n’ont pas droit de vivre dans leur propre pays et pour cause. Ils ne sont pas
dans la même vision que UNIR. Ils ne sont pas dans le parti Politique appelé Unir par
conséquent ces compatriotes togolais doivent quitter leur pays, doivent être licenciés,
doivent être emprisonnés, doivent mourir ou être assassinés au pays ou en exil. Nous vivons dans la misère, dans la pauvreté et dans la souffrance qui sont le quotidien de la plus grande majorité des Togolais. Au nom de la famille Gnassingbé et du régime Unir soutenus par certaines forces prédatrices néocolonialistes coalisées, le Togo est devenu en lieu et place de l’Or de l’Humanité, l’orphelinat de l’Humanité
», va-t-elle déclarer.

Cette entité a rappelé que l’épée de Damoclès du pouvoir peut frapper n’importe qui et à tout moment.

« Les récents exploits de ce régime dictatorial UNIR avec à la manœuvre Faure Gnassingbé sont nombreux, l’assassinat du Président du Modena, le politologue Atsoutsé AGBOBLI assassiné et jeté à la plage, Douti Sinalingue et Anselme
Gouyano fauchés par balle, Étienne Yakanou de l’ANC décédé assassiné en détention
selon Mohamed Loum, Monfidou fauché par balle, le Colonel Toussaint Bitala
Madjoulba, assassiné égorgé dans son bureau au camp, Sow Bertin Agba décédé en exil
en Afrique du Sud, SE Mgr Philippe Fanoko KPODZRO, SE Dr Gabriel Messan Agbéyomé
KODJO, pour ne citer que ceux-là
», va-t-elle rappeler.

Ces opposants disent reconnaît que le problème du régime c’est la peur. La peur du lendemain pour avoir géré sans partage et de façon chaotique notre cher pays pendant 60 ans.
Chers opposants à qui le prochain tour? C’est qui le prochain prisonnier politique de Faure Gnassingbé ? C’est qui les prochains exilés politiques ? C’est qui les prochains massacrés, les prochaines proies de Faure Gnassingbé et de UNIR ou victime de UNIR ? s’est-elle interrogée.

Pour Paul Missiagbeto et ses amis, le temps n’est-il pas enfin arrivé de ne privilégier tous ensemble rien que l’intérêt supérieur du Togo en transformant en plateforme revendicative commune la lettre ouverte à la CEDEAO du 12 mars 2024 du Conseil d’État du Gouvernement légitime du Togo en exil ?

Dans sa déclaration, la DMK informe la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Organisation internationale de la francophonie, le G5 et l’ensemble des représentations étrangères accréditées au Togo du danger qui guette le peuple togolais et leur demande d’agir à temps afin d’éviter de jouer aux sapeurs-pompiers. Elle leur rappelle opportunément la lettre ouverte du 12 mars 2024 de SE Dr Edem Atsou Kwasi, Président du Conseil d’État du Gouvernement légitime du Togo en exil dont il urge de prendre la mesure, tout en réitérant son invite à toute la classe politique à en faire une plateforme revendicative dans l’intérêt supérieur de la Nation tout entière.

Aussi, la DMK a lancé un vibrant appel patriotique et solennel dénommé l’Appel Républicain du 20 mars 2024 à tous les leaders politiques, à tous les militants et sympathisants des partis politiques dans les préfectures et régions du Togo, à toutes les organisations de la société civile, à tous les compatriotes et combattants de la liberté dans la diaspora, à tous les étudiants, à tous les enseignants, à tous les fonctionnaires, à tous les paysans, à tous les commerçants, à tous les artisans, à tous les artistes, à tous les chômeurs, à la Jeunesse, aux Femmes, bref à toutes les forces vives de la Nation à une mobilisation générale synchronisée sur toute l’étendue du territoire national en vue de la reconquête de la Souveraineté Intégrale du Togo (SITO).

La DMK prépare une mobilisation synchronisée sur l’ensemble du territoire national. Fin

la rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *